Page:Langelier - Souvenirs politiques, vol 1, 1909.djvu/24

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
27
SOUVENIRS POLITIQUES

terait pour un libéral s’engageait au service de l’enfer.

Le plus violent de tous, fut le curé de la Baie St-Paul. C’était un véritable Marat en soutane. Je l’ai moi-même entendu dire du haut de la chaire, en faisant allusion aux Rouges, que le ciel était bleu et que l’enfer était rouge. Dans une autre circonstance, il disait en parlant des libéraux : « Ils vont en faire tant, qu’ils se démasqueront et se montreront tels qu’ils sont, de façon à ne plus laisser de doute sur leur objet. Il y en a parmi eux qui ont le cœur si noir, que, si une persécution religieuse survenait maintenant, ils seraient les premiers à tenir la corde ou le couteau destiné à nous porter le coup fatal. En blamant et en critiquant comme on le fait la parole de Dieu et de ses ministres, en présence de leurs enfants, certains parents assument une terrible responsabilité devant Dieu. Quand ils seront morts et réduits en cendres, ils auront laissé des enfants qui seront prêts à tremper leurs mains dans le sang des prêtres, si jamais une persécution religieuse venait à éclater. »

Sur la plainte de M. P.-A. Tremblay, Mgr Taschereau demanda au curé de la Baie-St-Paul, M. Sirois, de mettre par écrit le langage dont il s’était servi. Il leur avait dit : « Sur votre lit de mort vous éprouverez d’amers