Page:Langelier - Souvenirs politiques, vol 1, 1909.djvu/240

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
247
SOUVENIRS POLITIQUES

manière la plus favorable, M. Chapleau écrivit à Rome et quelques mois après la bonne nouvelle nous arrivait que Mgr Taschereau avait été nommé cardinal.[1]

Voilà l’histoire vraie de cet événement qui jeta tant de lustre sur notre pays.

C’est le 2 juin qu’une dépêche officielle de Rome, annonça la nomination de Son Éminence le Cardinal Taschereau qui avait été faite dans un Consistoire tenu la veille. Sur réception de ce câblogramme M. le Grand-Vicaire Légaré se rendit officiellement chez Son Excellence le Gouverneur-Général et chez Son Honneur le Lieutenant-Gouverneur, chez les Orateurs des deux Chambres et chez Son Honneur le Maire pour leur communiquer officiellement le grand événement. À trois heures on tira un salut de dix-neuf coups de canon, sur la Terrasse, et à l’instant toutes les cloches des églises catholiques de la ville se mirent en branle et annoncèrent la grande nouvelle à la population. Un peu plus tard Mgr O’Brien, accompagné du garde-noble, le comte Gazzoli, arrivèrent à Québec porteurs de la barrette cardinalice.

La cérémonie de la remise de la barrette, ou l’investiture de Mgr Taschereau comme

  1. Voir lettres à l’appendice.