Page:Langelier - Souvenirs politiques, vol 1, 1909.djvu/241

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
248
SOUVENIRS POLITIQUES

cardinal donnèrent lieu à de grandes fêtes à Québec.

Dans l’été de 1886 des élections générales eurent lieu au Nouveau-Brunswick et à la Nouvelle-Écosse. Ces deux provinces qui était depuis longtemps gouvernées par les conservateurs changèrent leur allégeance et se rangèrent du côté libéral. Après les élections de Lotbinière et de Drummond et Arthabaska, cet événement jeta la jubilation dans le camp des libéraux. Peu de temps après le gouvernement fédéral subissait deux défaites, l’une à Chambly et l’autre dans le comté de Haldimand.

C’est à la suite de ces triomphes libéraux que le Dr Ross fit émaner, le 11 septembre, une proclamation qui mettait fin au parlement et renvoyait les députés devant leurs électeurs. Jamais peut-être dans le pays, des élections avaient été attendues avec autant d’impatience et d’anxiété. L’affaire Riel était encore toute chaude, le gouvernement Ross, assailli avec vigueur par M. Mercier avait beaucoup de plomb dans l’aile ; aussi, l’animation était-t-elle extraordinaire. Les paisibles campagnes ou généralement le contre-coup des événements politiques met du temps à se faire sentir, étaient en ébulition ; il se faisait un travail de fermentation plus accentué qu’auparavant ; à l’apathie que les libéraux avait si souvent dé-