Page:Langelier - Souvenirs politiques, vol 1, 1909.djvu/248

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
255
SOUVENIRS POLITIQUES

libre et sincère qui ne soit prêt à s’associer à nous pour condamner les abominations de la politique du Nord-Ouest.

« Quand on parle des dangers de la politique nationale, il faut bien que nous répondions que toutes les provinces du Dominion, la Nouvelle-Écosse qui en est rendue au point de demander la sécession, le Nouveau-Brunswick, l’Île du Prince-Édouard, la province d’Ontario qui vient de donner une éclatante majorité au gouvernement de M. Mowat ; il faut bien que nous nous rendions compte que toutes les provinces ont comme nous leur mouvement national et que toutes sont d’accord avec nous pour protester contre le régime centralisateur qui menace de conduire la Confédération à sa perte.

« Le moment est venu de demander à tous nos concitoyens, aux gouvernements de toutes les provinces qu’une convention détermine leurs griefs, les moyens de les satisfaire, comme le moyen de placer le Canada sous un gouvernement uni.

« Puisque le gouvernement fédéral s’est montré jusqu’à présent impropre à cette tâche et puisque nos divisions ne permettent pas d’attendre qu’il la réalise, peut-être y aurait-il lieu d’assembler à bref délai une réunion libre de tous les Canadiens qui veulent défendre à