Page:Langelier - Souvenirs politiques, vol 1, 1909.djvu/254

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
261
SOUVENIRS POLITIQUES

luttes vives qu’il avait faites dans le comté de Kamouraska. Le nouveau ministre était président de la Chambre des Notaires et c’était rendre un grand hommage à cette profession. Bon debater, connaissant bien la procédure parlementaire, c’était un homme précieux pour le parti au pouvoir comme il l’avait été lorsqu’il combattait dans l’opposition.

L’élément irlandais était représenté par l’hon. James McShane, un fidèle ami de la cause libérale et qui dans les mauvais jours avait payé et de sa personne et de sa bourse. C’était un citoyen droit, honorable qui lui, n’avait jamais trahi, Dieu merci ! Pour faciliter la tâche de M. Mercier il lui remit son portefeuille afin de lui permettre de l’offrir à un anglais. C’était Un beau désintéressement, mais M. Mercier avait trop de cœur pour écarter ainsi son vieil ami McShane.

Pour donner plus de force et de prestige à son ministère, M. Mercier s’associat deux ministres sans portefeuille, les hons. D. A. Ross et Arthur Turcotte. Le premier avait été procureur-général et le second Orateur sous le gouvernement Joly. Ils étaient deux lutteurs bien connus : M. Ross avait enlevé aux ennemis une de leurs forteresses et M. Turcotte avait obtenu de grands succès dans le district des Trois-Rivières. Ces deux nominations furent accueillies avec grande fa-