Page:Langelier - Souvenirs politiques, vol 1, 1909.djvu/287

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
294
SOUVENIRS POLITIQUES

pour lui la consomption de la gorge. Sur l’avis de ses médecins il se rendit à Paris pour consulter des spécialistes. Pendant son séjour dans la grande capitale, il fit la connaissance de plusieurs hommes politiques très en vue qui lui firent conférer le grade d’Officier de la Légion d’Honneur. Il poussa une pointe jusqu’à Rome afin d’avoir l’occasion de discuter avec le Pape la question toujours pendante, toujours irritante des biens des Jésuites.

À plusieurs reprises, notamment en 1878, lorsqu’il avait été question de vendre ces propriétés, l’épiscopat tout entier avait protesté contre la spoliation dont les Jésuites avaient été victimes lors de la cession du Canada à l’Angleterre, et il avait réclamé cette propriété pour eux. Aucun gouvernement n’avait osé aborder cette question, tant elle soulevait des difficultés sérieuses. M. Mercier eut à Rome plusieurs entrevues avec le Cardinal Siméoni, à la suite desquelles le Souverain Pontife lui accorda la permission de disposer de ces biens. À son retour à Québec, il demanda pour lui et ses collègues, une entrevue avec Son Éminence le Cardinal Taschereau afin de lui exposer l’affaire. Il représenta que son gouvernement était décidé — si les autorités religieuses n’y mettaient pas d’obstacle — à faire déblayer le vaste terrain où se trouvait autrefois le