Page:Langelier - Souvenirs politiques, vol 1, 1909.djvu/305

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
312
SOUVENIRS POLITIQUES

gonisme ou d’hostilité naturelle. Dès cette époque là, l’on suggérait au gouvernement le reboisement après l’exploitation et la régularisation stricte de l’abattage des forêts aussi bien que des défrichements. Hélas ! cette politique est encore à venir ! Le gouvernement Mercier devait la mettre en application, mais, il perdit le pouvoir trop tôt. La loi que l’hon. M. Duhamel fit voter durant cette session est la preuve de la bonne foi du gouvernement Mercier.

L’autre question qui absorba l’attention de cette session, ce fut le règlement des biens des Jésuites. Plusieurs hommes politiques s’étaient heurté à cette affaire hérissée de complications de toutes sortes. M. Mercier avait profité de son passage à Rome pour en arriver à une entente satisfaisante avec le Saint-Siège. Après avoir obtenu l’assentiment de celui-ci, il réussit à éteindre moyennant $400,000 des titres de propriété évalués à plus de deux millions. Pour empêcher l’élément protestant de se plaindre, même à tort, car il n’avait aucun droit à un centin de cet argent, M. Mercier fit appliquer une somme de $60,000 destinée aux écoles et aux universités protestantes. Ceux-ci, sans doute pour lui prouver leur gratitude, lui firent une guerre à mort, et le représentèrent comme un ennemi des Anglais qu’il fal-