Page:Langelier - Souvenirs politiques, vol 1, 1909.djvu/319

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
326
SOUVENIRS POLITIQUES

Je ne crois pas que je puisse faire précéder ma lettre par un télégramme. Outre que ce ne serait peut-être pas délicat vis-à-vis le Saint Siège, venant de ma part, je ne suis pas, avec « mon collègue du Vatican » dans des termes qui me permettent de traiter une affaire de cette sorte comme un sujet dont je puisse lui parler avec le sans-façon d’une dépêche télégraphique.

Ce n’est pas le désir qui me manque, c’est la forme qu’il faut toujours respecter.

Bien à toi,
xxxxxxxxxxxJ.-A. Chapleau.