Page:Langelier - Souvenirs politiques, vol 1, 1909.djvu/41

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
44
SOUVENIRS POLITIQUES

de le voir mourir par la famine. Petit à petit, l’Événement commença à pénétrer dans les masses ; ses brillantes satires, l’esprit intarissable de Fabre, sa verve endiablée le faisaient rechercher d’un grand nombre. Voilà de quelle façon commença l’œuvre de la régénération populaire dans notre district.

Lorsque l’on jette un coup d’œil vers ce passé trop oublié par la génération présente, l’on ne peut s’empêcher d’admirer la fermeté de ces libéraux, comme leur inaltérable fidélité à leurs principes. Ah ! s’ils eussent voulu transiger, faire des compromis, des concessions, ils auraient pu arriver au pouvoir, aux honneurs. Ils ne l’ont point voulu et nous nous inclinons devant ces héros de notre cause.

« Honneur donc à ces hommes qui ont succombé sur le champ de bataille en tenant ferme leur drapeau. Par là, comme disait Bastiat en parlant des libre-échangistes, ils ont maintenu ces règles de droiture et de dignité morale dont il n’est pas permis de s’écarter même sous le spécieux prétexte de l’utilité. Peut-être auraient-ils pu assurer leur élection en laissant leurs principes dans l’ombre, ils ne l’ont pas fait, et l’opinion publique doit leur en savoir gré. Il n’y a pas deux bases d’appréciation pour les actions humaines. Nous honorons le soldat qui meurt en s’enveloppant de son drapeau et nous livrons au mépris public