Page:Langelier - Souvenirs politiques, vol 1, 1909.djvu/40

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
43
SOUVENIRS POLITIQUES

Pendant longtemps, nos amis, à Québec, n’avaient pas même un journal pour les défendre contre les brutales attaques du Journal de Québec et du Courrier du Canada. Pour propager les idées libérales il fallait tenir des assemblées à droite et à gauche. Et souvent, des assommeurs soudoyés empêchaient les orateurs de se faire entendre. C’est ainsi que pendant des années la fière population de St-Roch a été tenue sous le talon d’un seul homme par une organisation de bandits appelée le « Fanal Rouge » ; c’est notre ami Sir Alphonse Pelletier, qui avec un courage qui l’honore brisa cette mafia politique.

Enfin, l’Événement fut fondé en 1867. Il avait pour directeur et rédacteur M. Hector Fabre, l’une de nos plus fines plumes canadiennes, un journaliste de premier ordre. Les libéraux poussèrent un soupir de satisfaction. Les polémiques de Fabre avec Cauchon sont restées légendaires parmi les anciens. Au nombre des collaborateurs assidus du nouveau journal se trouvaient Hubert LaRue, Georges LaRue, Marc-Aurèle Plamondon, François Langelier, Henri Taschereau, Louis Fréchette, etc., etc. Que de sacrifices il fallut s’imposer pour maintenir cet organe ! Les annonceurs, les marchands appartenant pour le plus grand nombre au parti conservateur, se gardaient bien de l’encourager, eux dont l’espoir était