Page:Langelier - Souvenirs politiques, vol 1, 1909.djvu/65

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
69
SOUVENIRS POLITIQUES

« Tous ceux qui oui visité un musée de tableaux ou quelque galerie de peinture se rappelleront, en interrogeant leurs souvenirs, s’être arrêtés involontairement devant un portrait de gentilhomme du siècle dernier. Séduit, charmé par ces toiles de maîtres, on ne peut détacher ses yeux de ces têtes si vivantes ; l’on sourit à une ressemblance que l’on devine et l’on croit voir l’original. Il s’échappe de ces cadres comme un parfum d’aristocratie bon ton ; et, ces physionomies heureuses reflètent tout ce que l’âge passé avait de mœurs charmantes et d’habitudes délicates.

« Évoquez une de ces rares œuvres d’artiste et vous aurez, non les traits, mais l’expression de M. H. G. Joly, député de Lotbinière, représentant aux deux Chambres le comté de ce nom. »

M. Joly, depuis 1867, avait dirigé l’opposition dans notre législature avec un grand tact et un rare talent. Avant l’abolition du double mandat, il eut à faire face à des hommes comme Cartier, Langevin, Chapais et Chauveau. Ce dernier était alors premier ministre. Quelles belles joutes oratoires se livrèrent entre ces deux hommes sur le parquet de la Chambre ! Orateur élégant, toujours courtois, même lorsqu’il voulait être piquant, M. Joly exerçait sur la Chambre une influence considérable. Bien des députés votaient con-