Page:Langelier - Souvenirs politiques, vol 1, 1909.djvu/93

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
98
SOUVENIRS POLITIQUES

clave. En agissant comme il le faisait, il se conformait au désir que le pays venait de manifester en élisant une majorité favorable au présent gouvernement. Il n’y avait, dit-il, ni lâcheté ni trahison de sa part en respectant le verdict du pays rendu le 1er mai dernier.

Le Constitutionnel, un journal conservateur publié à Trois-Rivières prit la défense de M. Turcotte. « M. Turcotte, disait-il, en agissant ainsi n’a fait que suivre l’exemple d’un très grand nombre de conservateurs honnêtes, qui désirent depuis longtemps en finir avec les misérables divisions du parti, qui n’ont plus leur raison d’être. »

En justice pour M. Turcotte, je dois dire ceci : M. F. Langelier avait été chargé de l’organisation politique du district de Trois-Rivières. Or, les libéraux de la ville ne voulaient pas faire d’opposition à M. Turcotte qui avait déclaré à quelques uns de nos chefs que si M. Joly remportait les élections, il lui donnerait son appui. D’un autre côté des conservateurs importants étaient prêts à s’unir aux libéraux pour les aider à battre M. Turcotte. Ils lui en voulaient à cause de l’indépendance qu’il avait montrée dans les sessions précédentes. Comme on le voit, M. Joly pouvait parfaitement lui offrir la position d’orateur, sans qu’il y eut rien de déshonorant ni pour l’un ni pour l’autre.