Page:Langelier - Souvenirs politiques, vol 1, 1909.djvu/94

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
99
SOUVENIRS POLITIQUES

Le débat sur l’adresse se prolongea pendant une semaine. Il fut vigoureux et intéressant, car la Chambre qui venait de sortir des urnes électorales comptait des hommes de haute valeur. De notre côté, nous avions MM. Joly, F. Langelier, Irvine, Brousseau, Flynn, C.-A.-E. Gagnon, Racicot, Marchand, Pâquet, Shehyn, Ross et Watts. Les conservateurs avaient pour soutenir leur cause MM. Chapleau, Loranger, Taillon, Church, Lynch, Mathieu, Tarte et Würtele, tous des debaters de premier ordre. Aussi, la session de 1878 est-elle l’une des plus brillantes que nous ayions eue à Québec. M. Chapleau était alors dans toute la force de son talent. C’était un orateur merveilleux, sa voix était une véritable musique qui charmait l’oreille. On l’écoutait malgré soi. Ce qu’il a déployé d’éloquence, d’activité et de travail pendant cette session est vraiment extraordinaire.

Le onze juin, le ministère s’était trouvé en présence d’une difficulté très sérieuse. L’opposition ayant proposé un amendement à l’effet que le ministère « avait persisté à rester au pouvoir sans avoir été appuyé par la majorité de l’Assemblée Législative, lors de son entrée en office et sans être encore appuyé par cette majorité », les ministres se trouvèrent en minorité. Cela était dû au vote de M.