Page:Langlois - Le couronnement de Louis.djvu/101

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Prouffitable est le travail en jeunesse,
Que eschever fait souffraite en viellesse.

Je m’en partiray devant, sire, » fait il, « pour ce qu’en peu de temps seray la venu, et porteray par dela vostre commission, en atendant vos legaux, sy la mettray moy mesmes a execucion telle qu’il ne sera jamais que memoire n’en soit perpetuellement faitte. Et se vous demandiés quelle commission je requier avoir de vous, s’est que, pour les services que j’ay fais a vous et a crestienneté, vous me oyés en confession, ja soit ce que ja me confessissiés quant je voulus combatre Corbault, et me donnez absolucion plainiere de mes pechiés. Sy m’en retourneray. »

Et quant le pere saint l’eust ouy, et qu’il lui eust ses pechiés pardonnez, lors s’en party Guillaume, et en peu de temps vint a Paris, ou sy bien arriva a point que deux ou .iii. jours après se tint le parlement pour constituer le filz du duc de Normendie roy de France, auquel consitoire arriva Guillaume de telle heure qu’il rompi la presse, ou tant avoit de peuple que c’estoit grant confusion. Et lui, armé soubz son mantel, pour toutes seuretez, sans soy estre descouvert a parent, a amy, a ung ne a autre, tira une lettre que le saint pere lui avoit a son partement bailliee, scellee d’un grant seel de plomb, qu’il monstra si haut que la plus grant partie la pouoit bien veoir ; et, en disant : « Le pape vous salue tous, beaulx signeurs », mist la main a l’espee, haulça son mantel, sy que on vist le haulbert menu maillié, luisant et cler, s’adreça vers le filz du duc Richart et lui donna du taillant, dont il avoit Corbault occis devant Romme, sy qu’il le pourfendi en deux pars, et cria « Nerbonne ! » si haultement que tout fut le demourant esbahy, et se absenterent les pluiseurs et plus grans, en eulx eslongnant et mussant derriere le menu commun. Et quant Guillaume eust ainsy exploitié, et il vist que nul ne se mettoit a deffense, ains s’en aloit chascun qui se sentoit coulpable du meffait, il se monta amont, l’espee nue, rouge et sanglante en son poing, se mist au siege royal, non mie en soy seant, mais debout, comme ung