Page:Langlois - Le couronnement de Louis.djvu/105

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

donné fauldra dedens .iii. jours, ne plus n’avons de delay, se de voustre grace ne le voulés prolongier, tant que nous arons sceu es aultres parties chrestiennes que en celles que nous ayons cerchiees. »

Le roy Corbault, oiant les clers messaigiers ainssy parler, fut ausques joyeulx, pour tant qu’il pença que nul champion n’eussent en leur compaignie amené, et leur dist :

« Voustre langaige est vainement fondé, beaus signeurs, » fet il, « et bien estes en vous mesmes abusés, se vous cuidiés que je vous donne aultre delay que celluy que vous avés eu, mais dictes a voustre pape que il se prepare de soy humilier vers nos dieu et que ilz se soubzmecte a l’obeissance de noustre loy, et nous lui ferons tant de honneur qu’il ara dominaction par dessus tous les caliphes et maistres de la loy Mahom. » Et lors demenda Corbault le vin pour en servir les seigneurs, lesquieulx ne l’oserent reffuser, ains le prirent et beurent par son commandement, puis le fist presenter a Guillaume, qui oncques ne deigna tendre la main, dont Corbault se aïra en rougissant par la face et lui dist : « Pour quoy ne buvez vous, vassal, » fet il, « quant le vin vous est pour boire presenté ? » Si luy respondi Guillaume : « Pour ce, certes, » fet il, « que se je buvoye a voustre hanap, ce me pourroit estre imputé a trahison, puis que j’ay intenction de vous porter nuisance avant que je m’en voyse de cestuy païs. » Et lors le regarda Corbault moult ententivement, sy le vist sy jeune d’aaige que de lui ne tint compte, ja soit ce qu’il feust grant et bien fourmé selon sa jeunesse, ains se prist a soubzrire et dist aux .ii. cardinaulx que ils feïssent son messaige au pape, ainsi qui leur avoit dit, et ils dirent que si feroient ils.

Apprès le congié s’en partirent les cardinaulx, et tant firent qu’ilz allerent au chastel ouquel estoit le pere saint, qui joyeusement les receut, esperant avoir bonnes nouvelles, comme sy eurent ilz, car si tost comme ils furent dessendus a la porte et entrés ou chastel, il vint au devant d’eulx et leur demenda comment (fol. 153 v°) ilz avoient besongnié, et ilz