Page:Langlois - Le couronnement de Louis.djvu/111

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

n’est Matrosne, dont je n’ay mie oublié le nom, et se tu me demendoies qui elle est, je te dirai que c’est Orable, la fille Desramé, que je conqueray si tost comme je avray a toy combatu. Sy te gardes de moy, car l’amour te feray au jour d’uy desplaisir. » Guillaume a l’espee tiree lors, et le Sarrasin lui couru seure moult asprement et tellement qu’il convint Guillaume dessendre, s’il n’eust voulu perdre son cheval.

Quant Guillaume fut du bauchant dessendu, il rua au Sarrassin lors, qui vaillamment se mist contre luy a deffence, et d’un coup il cuida Guillaume ferir, lequel se destourna, fery son espee en terre sy avant [que] elle luy rompy ou poing an retira[nt], dont il fut sy dollant qu’il getta le demourant emmy le champ, et tira ung coutel grant et fort assés, qui au costé lui pendoit. Ils combatirent l’un l’autre longuement adonq, mais fort le pressoit Guillaume de l’espee, qui plus estoit avantaigeuse pour luy que celle de Corbault, qui bien se prouvoit non pour tant, et moult donna de travail au marchis Guillaume, lequel haulça l’espee a ung coup et en fery Corbault a mont sans espargnier, si que du coup, qui glissa au costé du heaulme, lui emporta par terre l’espaule toute jus, dont il senti une angoisse sy grant que emmi le pré le convint verser, vousist ou non, mais mye n’y fist la longue gesine, ainçois se releva le plus tost qu’il peust, et, en soy aprouchiant cautement de Guillaume, gecta son bazelere jus et a une main le prist, et tant tira et saicha que bien le cuida porter par terre, et ja lui eust fait grand desplaisir quant Guillaume se prist a luy au corps, et d’un tour françois qu’il savoit le tournya tellement que dessoubz le mist, qui que le vousist voir.

Moult furent joyeux les nobles barons, le pere saint et tout le clargié de Romme, quant ilz virent Guillaume, le noble chevallier, ainssy maintenir contre le Sarrasin Corbault, qui [n’a] guieres avoit .iiii. champions requis et demendés pour combatre, et maintenant le veoient en peu de heure par ung seul chrestien comme conquis et mené a oultrance, car il