Page:Langlois - Le couronnement de Louis.djvu/112

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

avoit l’un de ses bras pardu et copé tout jus, si que par nulle voie du monde ne s’en pouoit jamais aidier. Et si estoit son corps en si grant subgection que Guillaume le tenoit par dessoubz lui couchié de son long et renvercé. Si louerent le hault nom de Dieu en beneïssant Guillaume et louant Aymery qui tel enffant avoit engendré, par lequel saincte chrestienté seroit exssaulciee et la loy paienne confondue et rabaissie ; et se joyeux estoient les chrestiens, vous devés savoir que d’aultre part estoient si troublés et couroussés les Sarrasins pour leur seigneur, que ils veoient en telle disposicion, que ja se feussent mis en peine de lui aidier, ne feust ce que les chrestiens avoient .iiii. rois en leur chastel, tenans ostaiges pour la composicion et traictié fais entre eulx, et aussy pour tant que ils eussent leur foy parjuree a leur essiant. Et quant Guillaume vist le payen soubz lui, comme ouy avés, il rompy les lasnieres du heaulme qu’il avoit en son chief et fist tant par force qu’il luy arracha hors du chief, puis se leva pour prendre son espee, laquelle il lui avoit convenu getter par terre quant il prist le Sarrassin aux bras et au corps ; et tandis se leva le Sarrassin, qui moult legier estoit et habillé, et bien cuida retourner au corps de Guillaume, qui d’aultre chosse ne se garda et fist ung sault arriere de luy, l’espee ou poing, dont en soy retournant fery le Sarrassin a mont sur le hanepier, tellement que jusques en la poitrine luy mist le taillant et le mist mort emmy le pré.

Sy tost comme Guillaume vist le paien Corbault occis, il vint a son cheval adonq, puis monta dessus et s’en ala tout droit au chastel, dont le pont luy fut legierement abaisié et la porte ouverte, sy entra ens, et lors lui ala le pere saint au devant pour le festoier et recevoir, ainssi comme bien apartenoit. Sy devés savoir que de luy, des legaux, des cardinaulx et aultres nobles clercs, chevaliers, sinateurs et bourgois, qui leans estoient, fut baisié, et ses vestemens, armeüres atouchiés par ceulx qui de plus prés ne le pouoient conjouir et festoier. Et finablement desarmerent Guillaume et