Page:Langlois - Le couronnement de Louis.djvu/113

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

le firent mengier et repaistre, car grant besoing en avoit, et non sans cause. Et les payens envoyerent ou champ querir le corps de leur seigneur Corbault, auquel fortune avoit esté toute contraire celuy jour. Puis allerent a consseil pour leurs ostaiges ravoir, lesquieulx estoient ou chastel dollans a merveilles de leur avanture, qui estoit ainssy advenue, et disans qu’onques mais Corbault n’avoit homme trouvé qui contre lui durast en champ ne qui osast le sien corps seulement exposser contre lui en armes, comme avoit fait Guillaume, le filz au conte Aymery de Nerbonne. Et quant le corps fut du champ levé et emporté ou tref ouquel il avoit esté logié, lors vindrent dix Sarrassins a la porte du chastel requerir que on leur delivrast leurs ostaiges, puis que la bataille estoit finie ; mais les nobles chrestiens, doubtans que par leur grant mauvaitié ilz ne s’en vousissent partir ne lesser la cité, allerent a consseil emssamble, et la conclurent que ja ne leur rendroient se premierement ilz ne avoient la cité vuidiee et habandonnee du tout, car l’amiral de Barbastre, qu’ilz avoient en ostaige, estoit assés grant seigneur et puissant pour les tenir en auci grant subgection comme le roy Corbault ; et qui demenderoit qui estoit celui amiral de Barbastre, respont l’istoire qu’il estoit d’Espaigne, frere du vieulx amiral Desramé, qui avoit esté occis devant la cité de Nerbone, et pere de Sallatrie, la noble jouvencelle, laquelle estoit en Gloriete, le palaix d’Orange, aveques Orable, quant Guillaume ala jouer aux escus de bois devant le jeune Desramé et Thibault d’Arrabbe.

Le conseil des chrestiens fini, fut le cardinal qui avoit esté querir Guillaume envoyé donner la responce aux dix Sarrassins, lesquieulx l’alerent raporter aux rois Sarrassins de l’ost et leur dirent : « Vos ostaiges que Corbault bailla ne rarés vous point, beaus signeurs, » fet ilz, « se premierement ne vous partés de ceste cité sans rien demollir ne plus de mal faire que fait a esté, et tout selon le traictié lequel a esté fait entre nous et vous. Mais bien ont prommis de les vous rendre et amener hors la porte si tost que vous avrés