Page:Langlois - Le couronnement de Louis.djvu/12

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

La troisième (vv. 1430 à 2224) raconte les luttes de Guillaume contre les ennemis de l’empereur Louis.

La quatrième (vv. 2226 à 2652) est le récit d’une expédition de Guillaume en Italie, où il secourt le pape contre les Allemands.

La cinquième (vv. 2653 à la fin) est analogue à la troisième.

Je montrerai plus loin que dans la composition du Coronement Looïs sont entrés plusieurs autres poèmes, mais tellement abrégés, altérés, fondus avec d’autres, qu’il est impossible de les étudier à part ; c’est pourquoi j’adopterai la division de M. G. Paris.


i. — Première branche.


La première branche du Coronement Looïs (vers 1-271) n’est pas une simple fiction de poète ; elle repose sur un fonds historique. Fauriel [1] et P. Paris [2] avaient déjà reconnu ce fait, Jonckbloet [3] le mit hors de doute ; depuis, personne ne l’a contesté.

Cette partie, prise isolément, est le reste d’un poème qui avait pour sujet le couronnement de Louis, fils de Charlemagne. En voici l’analyse :

Le vieil empereur sent qu’il va mourir et songe à se décharger du poids de la couronne en la plaçant

  1. Hist. de la poésie provençale, III, 88-89 (Paris, 3 vol. in-8°).
  2. Les Manuscrits françois de la Bib. du Roi, III, 123 ; Histoire littéraire, XXII, 481-488.
  3. Guillaume d’Orange, II, 80-94.