Page:Langlois - Le couronnement de Louis.djvu/143

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

assonance dans notre poème exclut rigoureusement la diphtongue ai.

Les deux vers 1758 et 1759, donnés par C, manquent dans A et B. Rapprochés des vers 1772 et suivants, ils paraissent représenter la bonne leçon. Mais ce n’est là qu’une conjecture. Voici le passage : Guillaume demande à ses soldats quel châtiment mérite un clerc qui a trahi, ceux-ci répondent :

« Penduz deit estre come lere fossiers. »
Respont Guillelmes : « Bien m’avez conseillié,
Par saint Denis, et ge mielz ne vos quier ;
(V. 1758)Mais l’ordene Deu ne vueil mie abaissier,
(1759)Et neporquant le comparront il chier. »
Li cuens Guillelmes, a l’aduré corage,
Le jugement a oï del barnage ;
Tresqu’al chancel en est venuz en haste,
Ou a trové et evesques et abes
Et le clergié qui a lor seignor falsent ;
(1765)Totes les croces fors des poinz lor esrache,
A Looïs son dreit seignor les baille ;
Li gentilz cuens par mi les flans l’embrace,
Si le baisa .iiii. feis en la face.
Li cuens Guillelmes de neient ne se targe,
Tresqu’al chancel en est venuz en haste,
Ou a trové et evesques et abes ;
(1772)Por le pechié ne les volt tochier d’armes,
Mais as bastons les desrompent et batent,
Fors del mostier les traïnent et chacent,
Ses comanderent a quatre vinz deables.
Qui traïson vuelt faire a seignorage,
Il est bien dreiz que il i ait damage.

L’omission du vers 1765 dans A et B semble aussi fautive, celle du vers 1991 l’est certainement. On