Page:Langlois - Le couronnement de Louis.djvu/144

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

vient de voir le premier cas, voici le second. Guillaume laisse Louis à la garde de l’abbé de Saint-Martin-de Tours :

Guardez le bien ; s’il vait esbaneier,
Qu’il maint o lui al meins cent chevaliers,
Que, par l’apostre que requierent palmier,
Se je oeie novele al repairier
Que Looïs i eüst encombrier, (v. 1991)
Totes voz ordenes n’i avreient mestier
Ne vos feïsse toz les membres trenchier.

V. 2034) C :Tel chose fist qui a Jesu agree :
L’eglise garde qu’ele ne fust guastee.
A :Tel chose fist qui a Jesu agree :
Or al hernois, franche gent honoree.
B :Tel chose dist qui a plusors agree :
Or al ernois, franche gent honoree.

Le vers 2034 donné par A et C, est bon ; dans B c’est une correction ; le vers 2035, tel qu’il est dans A et B, est certainement fautif, car il ne peut suivre le vers 2034.

Toutes ces fautes communes à A et B ne laissent aucun doute sur la parenté des deux groupes. Il ne reste donc que trois familles x, C*, D*. Rien n’autorise à réduire ce nombre.

De ces trois familles, l’une, D*, ne m’a pas été d’un grand secours pour l’établissement du texte, d’abord parce qu’elle ne contient que la première partie et un résumé très succinct de la troisième et de la cinquième partie de la chanson, ensuite parce que ces parties sont elles-mêmes très modifiées. C’est l’œuvre d’un copiste inintelligent ou fort inat-