Page:Langlois - Le couronnement de Louis.djvu/164

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

X. — i...e. Cette assonance n’offre absolument rien d’intéressant. Elle n’est d’ailleurs représentée que par les 8 vers de la laisse xii : mie, baillie, beneïe, desfie, Marie, ocire.

XI. — . L’assonance masculine en est de beaucoup la plus nombreuse. Elle ne comprend pas moins de 1120 vers, en 18 laisses, ix, xiii, xvii, xix, xxi, xxviii, xxx, xxxii, xxxvi, xxxix, xli, xliv, xlvi, li, liii, lv, lvii, lxi. Toutes les sources de la diphtongue y sont représentées [1].

On remarquera dans cette assonance les mots Orliens (v. 99, 112), vient (113, 1944), paien (672, 1301), crestiien (1292), sostient (1547), crient (1855), tient (1863), sien (2161), qui prouvent qu’à l’époque où vivait notre auteur la nasalisation n’avait pas encore gagné la diphtongue .

À signaler aussi les parfaits embatié (128), conveitié (1150), atendié (1939), rompié (2152), respondié (2562, 2582), descendié (2603).

Le mot Dié ne figure pas dans cette assonance, tandis que dans l’assonance en é on trouve deux fois . C’est pour cette raison que j’écrirai constamment ce mot sans i.

La distinction qui existe entre et é est une preuve entre beaucoup d’autres que notre poème n’est pas anglo-normand. Le poitevin et le tourangeau ont aussi de bonne heure réuni les deux sons, mais on

  1. Il ne s’agit pas ici naturellement de la diphtongue , de latin entravé, qui appartient aux dialectes du N. E.