Page:Langlois - Le couronnement de Louis.djvu/183

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Ce mariage manqué est le prétexte qui ramène Guillaume en Italie à la fin de la troisième branche, pour y devenir le héros de la quatrième. Guillaume redescend donc en Italie pour épouser la jeune fille, dont Gui d’Allemagne convoite la main et surtout les biens. Il vient à Rome, tue Gui, puis rentre en France, sans que, dans tout le récit, il soit fait la moindre allusion à la fille de Gaifier. Ce serait le cas de dire au jongleur ce que les messagers disent à Guillaume :

De la pulcele vos a petit membré.

Au lieu d’insister sur ces contradictions, j’aime mieux signaler encore les vers qui ont servi de soudure entre les différentes branches et qui dévoilent chez le remanieur une étonnante faiblesse d’invention : ceux qui relient la troisième branche à la seconde, depuis :

Es dous messages venant toz abrivez (v. 1384.),


jusqu’à :

De Looïs vos est petit membré (v. 1395),


se retrouvent entre la troisième et la quatrième, depuis :

Es dous messages poignant tot abrivez (v. 2225),


jusqu’à :

De la pulcele vos a petit membré. (v. 2232).

Le premier de ces vers, Es dous messages... est déjà dans la soudure de la première à la seconde branche (v. 323).