Page:Langlois - Le couronnement de Louis.djvu/210

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Li apostoiles de maintenant l’araisne :[*]
« Sire, » fait il, « ge sui ci uns messages [*]
Deu et saint Pere, qui des anmes est guarde. [*]
De soe part vos vueil dire un message :
455Que retornez et voz nés et voz barges, [*]
Et voz granz oz, qui ci sont demorables. [*]
Ge vos dorrai le grant tresor de l’arche ; [*]
N’i demorra ne calice ne chape, [*]
Or ne argent qui un sol denier vaille, [*]
460Ainz que i muire tanz gentilz om a armes.
Prenez conseil, gentilz reis de bon aire. » [*]
Respont li reis : « Tu n’iés mie bien sages ; [*]
Ci sui venuz en mon dreit eritage, [*]
Que estora mes ancestre et mes aves, [*]
465Et Romulus et Julius Cesaires, [*]
Qui fist cez murs et cez ponz et cez barres. [*]
Se ge par force puis cez pilers abatre, [*]
Quant qu’a Deu monte tornerai a damage, [*]
Les clers quil servent a dueil et a hontage. » [*]
470Li apostoiles en fu molt esmaiables, [*]
N’i volsist estre por tot l’or de Cartage ; [*]
Conduit demande a l’amirant Galafre.[*]

    — 451 B Manque ; C Et larceuesque et lapostoile et labe — 452 C Sire dist il ge sui icil m. — 453 C s. piere — 455 C Car ; B Que retraiez a voz nes et voz barges (B2 et a vos barges) — 456 A aornable ; C manque — 457 A tot le tresor ; B2 manque — 458 A ne calice ne chace ; Ce vers et les 3 suivants manquent dans C — 459 A1 qui .i. denier vaille — 461 B manque — 462 B2 Le roy respont — 463 B a mon d. he. ; C Chi es venus — 464 C Questora m. a. et m. a. ; B Que mon ancestre le fist en son aage ; A m. a. m. a. — 465 B R. ot a nom et roi jules c. ; C manque — 466 B ce mur et ce p. et c. b. ; C ces pons et ces murs et ces barjes — 467 C les piliers ; B ce pilier — 468 B Q. a d. torne t. a kantage ; C La loi jesu meterai a hontage — 469 B2 Les clers qui seruent s. pere et son ymage ; B1 C manquent — 470 A amiables ; B si esmaiables — 471 C Si. v. p. lonor de c. — 472 Congie demande ni a fait arestage ; C a galafre le sage