Page:Langlois - Le couronnement de Louis.djvu/314

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Or ne lairai, baus filz, ne vos chastie :
A honor gardes ta grant chevalerie,
Si com j’ai fait de ma prumiere vie ;
210Qui me menace je nou poi amer mie,
Qui me gueroie bien sai qu’il me defie ;
Se jou pou prendre, il n’en out garentise,
Fors que de tant ou d’ardoir ou d’ocire,
Lou cuer tranchier par desos la poitrine. »

215      « Beau fils Loys, a celer ne vos quier,
Ja au povre home ne te chaut de tancier ;
Se il se claime, ne te doit esnoier, [*]
Ansin lou dois maintenir et aidier,
Por l’amor Deu, qui lassus maint o ciel ;
220Vers l’orguillox te dois foire (sic) si fiers
Comme leupart que gent voille mangier ;
Et s’il te velt de riens contralier,
Si mande en France tes barons chevaliers,
Tant que tu’n aies dec’a .xxxm.
225(La) Ou miolx se fie la lou fai(t) assigier,
Toute sa terre gaster et esillier ;
Et se to pues a tes .ii. poins baillier,
Mar en avras manade ne pitié,
Fors que de pandre, d’ardoir ou de noier ;
230Que se François te voient antrepiés,
Diroient Norment en nom de reprochier :
« De tel seignor n’avriens nos mestier.
« Mal dahait ait par mi la crois do chief
« Qui avoc lui ira mais ostoier,
235« Ne a sa cort ira por cortoier !
« Do suen meïsmes lou paierons nos bien. »
Mais an G. lou gentil chevalier,
Fil Aymeri de Nerbone lo viel,
Pros est aus armes et corageus et fier,
240Se il te velt maintenir et aidier,
En sa parole te pues tu bien fier. »
Et dist Loys : « Voir dites, par mon chief. »

    — 217 Ms. il t. d. e.