Page:Langlois - Le couronnement de Louis.djvu/313

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

C’o palais fut bien lou dut otrier :
« Bias filz Loys, » ce dist K. li fiers,
175« Coronés estes, la mercis Deu do ciel.
Bon greis en ait G. li guerriers,
Il et ses freires Guibelin li prisiés.
Li suens lignages a lo mien esaucié. [*]
Or te voil ge proier et chastoier
180C’a honor gardes tes barons chevaliers,
Et sainte iglise panse de l’essaucier. »
Et il respont : « Biau sire, volantiers. »

« Beas [filz] Loys, » ce dist K. li ber,
« Coronés estes, la merci Damedé.
185Bons grés en ait G. au cor neis,
Il et ses freires Guiber li alosés.
Or te voil ge proier et commander
Que sainte iglise panses de l’onorer. »
Et respont cil : « Si com vos commandés.
190— Et de tes homes ne te chalt a blamer ;
De lor talant les lai(t) assés errer :
Par aus seras chier tenus et amés,
En toutes cors servis et honorés. »
Et il respont : « Si com vos commandés. »
195La cort despart, li consail sont finé.
Et chascuns prince repaire an son rené.
Hui mais orés comment il ont finé ;
Tos est honis qui ne seit ou torner.

« Beas filz Loys, » rois K. li a dit,
200« Ja malvais home ne laissier o païs :
Tant lou demoignes que l’aies mort ou pris,
C’a mal guepir en fai lou cors venir. »
Et il respont : « Tout a vostre plaisir, »

« Beas filz Loys, ne vos celerai mie,
205Grant mas m’est pris ancontre la poitrine ;
Ceu est la mort, n’en eschaperai mie.

    — 178 Ms. et l. m. e.