Page:Langlois - Le couronnement de Louis.djvu/320

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Il est matin, encore n’est levés :
Fiex a baron, ne vos asseürés ;[*]
1310Vengier t’en pues ains que soient armé. »
Olle Guill., si a le chief crollé. [*]
Bertran et Vivien a le quens apelé :[*]
« Diex ! quel conseil on puet en lui trouver ! »
 
Quant li portiers entendi la novele (xxxviii)
Que ch’est Guill., qui proeche governe,
Fiex Aimeri a la florie teste,
Teil joie en a toz li cuers li sautele :
« Hé ! Diex, » dist il, « vrais glorious celestre,
Qui vous aidiés empiriés ne puet estre.
1320Ancui orra li dus Ric. noveles
Qui li seront dolerouses et pesmes.
En son service ne valroie mie estre.
Contre Guill. ert ja la porte ouverte,
N’i remanra ne bare ne posterne. »
Isnelement le grant porte defferme,
Et li portiers doucement l’en apele :
« E ! jentiex hom, va le venjanche querre
Des traïtors qui contre toi revelent.
— Voir, » dist li quens, « ensi doit il bien estre. »
1330Tout coiement .i. messagier apele :
« Va me la fors a Gautiers de Tudele,
Garin de Romme me dites la novele,
Qu’encontre mi sont les portes ouvertes.
Qui velt avoir gaaignier et conquerre
Si viegne tost, n’i ait noise ne feste. »
Vait s’ent li mès, qui gaires n’i areste,
Jusc’as agais ne fine ne ne cesse.
Isnelement lor conte la novele.
Quant cil l’entendent, si monterent es seles,
1340Jusc’a la porte n’i ot tenue regne.
Voi le Guill., coiement l’en apele :
« Tenés seri les destriers de Castele. »
Dusc’au marchié de noient ne s’arestent ;

    — 1309 Ms. : Fuies baron — 1311 Lisez : Ot le — 1312 vers alexandrin.