Page:Langlois - Le couronnement de Louis.djvu/321

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Chou quident cil qui furent as fenestres
Chou fust des lor qui lor venist requerre,
Des gens Rikier a la kenue teste,
Més il orront anqui autre novele,
Qui lor seront dolerouses et pesmes.

Quant voit Guill., li marcis au vis fier, (xxxix)
1350Dedens la porte sont tot li chevalier,
Il en apele Bertran le bon guerrier :
« En vo conpaigne prendés .c. chevaliers ;
A cele porte irés o le portier.
La m’en irés, jentiex hom, por gaitier,
Que il n’en isse serjant ne chevaliers,
Ne hom el mont tant com face proier. »
Et cil respont : « Biax sire, volentiers. »
Li quens Guill. apele le portier :
« Amis biax frere, .i. conseil vous requier :
Jou ai molt gent, com ert de l’herbergier ?
1360— Sire, » dist il, « molt en sui esmaié,
Il n’i a croute, ne vaute ne celier
Qui ne soit plaine d’armes et de destriers,
Et par ces loges gisent cil chevalier.
Vostre est la force, gardés que ne targiés :
Isnelement les faites deslogier,
Et les ostex tolir et efforchier ;
Qui se deffent batus soit et froissiés.
D’autre conseil ne vous sai conseillier,
1370Car li proiers ne vauroit .i. denier.
Li homs qui vielt teil aise commenchier
Doit plus fiers estre de sangler de ramier.
Jou voi bien gens de bien faire haitiés,
Desoz les costes sont li hauberc doublier,
Desoz les capes li branc forbi d’achier :
Faites les toz de ces dras despollier,
L’autre harnas faites metre en lor ciés.
Si gart cascun qu’il ait l’elme lachié
Et dalés lui tiegne son escuier,
1380C’al grant besoing ait tost son recouvrier
Au bon escu et au trenchant espiel.
Quant vous venés por Loey aidier,