Page:Langlois - Le couronnement de Louis.djvu/330

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Et li Normans s’en fuit le col baissié ;
Li quens Guill. le suit au dos derier ;
A sa vois clere li commenche a hucier :
« Sire Asselin, li fiex Ric. le viel,
Estés .i. poi, je voel a vous plaidier.
Car vous venés coroner au mostier ! »

Li quens Guill. a le fiere persone (xlv)
Par les grenons le saisist, sel retorne :
« Fiex a putain, li cors Dieu te confonde !
1700Por coi pensas teil duel et si grant honte ?
Ton droit signor por coi volsis confondre ?
Rich. tes peres ne porta ainc corone. »
Bertran apele, qui tint l’espee longhe :
« Biaus niés, » dist il, « conseil vous requeromes
De cest glouton, se nos le destruisommes. »
Et dist Bertrans : « Que pensés vous, sire oncles ?
Son gueredon li rendés a .c. doubles
De chou qu’il volt son droit seignor confondre. [*]
Or li fermés el cief cele corone
1710Dont la cervele desrouge jusc’a l’ongle. »
Il pase avant, vers Asselin se torne,
Ja le veïst se le ferist .c. hommes (sic)
Ens en son chief de s’espee le longhe,
Quant li escrie quens Guill. ses oncles :
« Ne place Dieu, qui forma tot le monde,
Que il ja muire par arme de preudomme !
Jou l’ocirai a molt plus grant vergoigne,
Si que li oir en aront après honte. »

Li quens Guill. fu orguelloz et fier, (xlvi)
1720D’arme qu’il porte ne li daigna touchier ;
En .i. soif vit .i. pel enfichier,
Il passe avant, si l’en a esrachié ;
Fiert le Normant par mi le crois du cief,
Sanc et cervele en abat a ses piés ;
Mort le trebuce. Diex li doinst enconbrier !
Issi doit on traïtor essillier,

    — 1708 Ms. : De chou quil voit.