Page:Langlois - Le couronnement de Louis.djvu/331

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Qui son seignor vielt traïr et boissier
Il s’en retorne arriere, li guerrier,
Voit Loey, sel corut enbrachier.
1730Dont li demande li quens par amistié :
« Loeys sire, gardés ne me noiés,
Et car me dites de qui vous vous plaigniés :
Le fil Ric. ai mis corone el cief,
Més il n’ira en cest an ostoier,
Por homme en terre qui l’en sache proier. »
Dist Loeys : « Grans mercis en aiés.
Del traïtor m’avés molt bien vengié,
Més de Rich., le kenu et le viel,
Hé ! Diex, quel joie se il ert essilliés ! »
1740O le Guill., le sens quide cangier ;
Il le demande, on li a ensignié :
En une crote ert fuïs el mostier.
Li quens i va après toz eslaissiés ;
Au dos le sieuvent .l. chevalier ;
As flans ont chaint les brans forbis d’achier.
Rich. trouva sor .i. marbre couchié
De son juïse qui doit estre aprochié.
Li quens Guill. nel daigna ains touchier
D’arme qu’il porte, de lance ne d’espiel ;
1750Lieve le puing, ens el col li asiet,
Que tot pasmé le laissa a ses piés ;
Forces demande, si li tondra le chief.
A .i. coutel a coupé les chevex.
Toz cois estoit sor le marbre entailliés.
Si doit on bien traïtor essillier,
Qui son seignor vielt traïr et boissier.
Tant ont li conte a Guill. proié
Qu’il nel vielt mie ocire et detrenchier ; [*]
Ains fu Rich. a Guill. apaisiés.
1760Le mort son fil clama quite premiers,
Si s’entrebaisent, voiant maint chevalier,
Mais cele pais ne valut .ii. deniers,
Car puis le valt ochire et detrenchier.
Mais Diex nel valt soffrir ne otroier.

    — 1758 Ms. : o. ne d.