Page:Langlois - Le couronnement de Louis.djvu/334

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

1840De ses jornees ne vous sai anonchier.
En sa conpaigne avoit .c. chevaliers,
As cleres armes et as courans destriers ;
Les autres ont en garnison laissié.
Dusc’a Ruem ne se volrent targier.
Au mestre borc s’est la nuit herbergiés,
Més d’une cose fait li quens que legiers,
Que par les terres au duc Rich. le viel
Osa ainc puis aler ne chevalchier
Son fil ot mort d’un grant pel aguisié ;
1850La s’en afie Guill. li guerriers
Que il estoit acordés et paisiés,
Si se baisierent, voiant .c. chevaliers ;
Mais cele acorde ne valut .ii. deniers,
Se Diex n’en pense, qui tot a a jugier :
En teil lieu s’est li frans hom herbergiés
Ou on le heit de la teste a trenchier.
Ains le quart jor aconpli et entier
N’i volroit estre por l’or de Monpellier,
Com vous orrés ains le soleil couchier.
1860Li viex Ric. fu dolans et iriés ;
Il en apele son maistre conseillier :
« Baron, » dist il, « bien me puis esragier [*]
Quant par ma terre voi celui chevalchier
Qui m’a tolu le millor justichier
Qui onques fust en terre ne soz ciel ;
Més, par l’apostle que requierent paumier,
Jou nel lairoie por les menbres trenchier,
Que ne l’en rende molt dolerous loier. »
Dient si home : « Tort dites et pechié :[*]
1870Ja fustes vos acordés et paisiés ;
De traïson esteriés ensigniés.
En ceste vile n’ert il de vous touchiés,
Car li borgois li volroient aidier,
Que tot li ont plevi et fianchié.
— Voir, » dist Rich., « tant sui je plus iriés.
Més, par l’apostle c’on a Romme requiert,
Jou nel lairoie por les menbres trenchier

    — 1862 Ms. : ostagier. — 1869 Ms. : t. dient e. p.