Page:Langlois - Le couronnement de Louis.djvu/337

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

U voit le duc, sel prist a araisnier :
« Dus, » dit li quens, « Diex te gart d’enconbrier !
Me convient il de nule rien gaitier ?
Li pais fu faite a Tors ens el mostier :
La nous baisames, voiant maint chevalier. [*]
— Voir, » dist li dus, « bien savés pre[e]chier ;
1960Tu me tolis le mellor iretier
Qui onques fust por terre justichier ;
Més, par l’apostle que requierent palmier,
Ains que departes seras molt courechiés : [*]
Ne Dieus ne hom ne t’en porroit garder
Que ne te fache cele teste trenchier
Et tous les menbres de ton cors esragier.
— Gloz, » dist Guill., « Diex te doinst enconbrier !
Jou ne te pris nes c’un chien esragié. »
Alion broce des esporons d’or mier
1970Et fiert Rich. en l’escu de quartier :
Desoz la boucle li a frait et perchié,
Le blanc hauberc desrout et desmallié ;
El flanc senestre li a colé l’espiel,
Que d’ambes pars li fait le sanc raier.
Li bons chevals s’est du fais descargiés.
Li esporon tornerent vers le chiel,
L’agus de l’elme est en terre fichiés
Par si grant [force] .ii. des las li ronpié.
Sor li s’areste et tint le branc d’achier :
1980Mien ensiant, ja en presist le cief :
E vous les .xv., qui Diex doinst enconbrier,
Seure corurent Guill. le guerrier.
Qui donc veïst sor toz le conte aidier,
As brans d’achier les rens aclaroier,
De gentil homme li presist grant pitiés.
Tot maintenant abat cascun le sien.
Tant lor aida li peres droituriers
Que .x. en ont ocis et detrenchiés ;
Li .v. s’en fuient et navré et plaié.
1990Li quens Guill. les suit au dos derier,
Si lor a dit .i. vilain reprovier :

    — 1958 Ms. : La vous b. — 1963 Ms. : depart.