Page:Langlois - Le couronnement de Louis.djvu/338

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Tot i morrés, traïtor losengier. »

Li .v. s’en fuient courant par mi un tertre.(liv)
Li quens Guill. les encauce et enpresse ;
A vois escrie une ramprosne laide :
« Seignor baron, por Dieu le roi celestre,
Comment sera li grant honte sofferte ?
Vo droit seignor en menrons nous en destre ?
Diex ! quel bernage se rescous peüst estre ! »
2000Et cil respondent : « Merchi, por Dieu, Guill. !
Frans chevaliers, que rois deüssiez estre,
U amirans d’une grant rice terre.
Sor nos arçons nos gisent nos bouele,
Li plus haligres n’a soing d’aler en destre. »
O le Guill., si a torné sa resne.

Quant voit Guill. qu’il ont merchi proié, (lv)
N’en touchast .i. por l’or de Monpellier.
Isnelement est retornés arrier.
Le duc Rich. i ont pris et loié.
2010Tout en travers, comme cofre a sommier,
L’en ont mené sor .i. courant destrier.
Desi a l’ost ne se volrent targier.
Quant il i vindrent, si furent esvellié :
« Oncles Guill., » ce dist Bertrans ses niés,
« De vostre branc voi sanglenté l’achier,
Et vos escus n’est mie toz entiers. »
Respont Guill. : « Merchi, por Dieu, biaus niés !
Jou vous vi molt pené et travellié,
Si vous laissai dormir et soumellier,
2020O moi n’och jou ne més .ii. chevaliers.
Jou encontrai le duc Ric. le viel,
Qui toute jor m’avoit fait espiier ;
O lui .xv.sime de hardis chevaliers.
La mort son fil me fist en reprovier
Et si me volt toz les menbres trenchier.
Tant nous aida li peres droituriers
.x. en avons ocis et detrenchiés,
Et .v. s’en fuient et navré et plaié.
Veés ent chi et armes et destriers.