Page:Langlois - Le couronnement de Louis.djvu/340

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Toute Rommaigne et Romme la chité
2070Est delivree del pooir as Esclers,
Més durement est li païs troblés :
Mors est Galafres, li gentiex au vis cler,
Que vous fesistes baptisier et lever,
Et l’apostoles est a sa fin alés.
Mors est Galafres (sic) d’Espolise li bers ;
Briés et seaus vous avons aportés ;
Toz li païs en sera delivrés :
Rois poés estre, se faire le volés.....
Assés le cuerent et demaine et casé,
2080Més tot en vont de lui bien refusé :
Autrui que vous ne valt s’amor doner.
Por autre essoigne sommes meü assés,
Car cil de Romme se voelent reveler ;
.i. autre roi voelent il coroner.
Il a non Guis et d’Alemaigne est nés.
Emperere(s) ert par sa force clamés,
Et cil de Romme l’ont dit et creanté,
Et Loeys est del tout oubliés.
Par force vielt saisir ses iretés,
2090Et la pucele, qui molt a de biautés,
Vielt il par force en fin desireter.
Toz li païs est a dolor troublés,
A duel destruis, se vous nel secourés. »
O le Guill., a poi n’est forsenés ;
Vint a Bertran, dit li a et conté :
« Biax sire, niés, quel conseil me donrés ?
— Oncles, » dist il, « quel conseil demandés ?
Ja, se Dieu plaist, par vo cors n’ert pensés,
Ne vo lignage ne sera reprové ;
2100Tant com puissiés vos garnimens porter,
N’ert Loeys nos rois desiretés.
— Niés, » dist Guill., « de vostre grant bonté !
Malvais conseil n’i porroit on trouver.
Or s’aparellent li legier baceler,
Qui bien porront les paines endurer.
Ainc nos lignages n’ot pais en son aé,
En nos mainsnie n’avons point sejorné.[*]

    — 2107 Ms. : Et n. m.