Page:Langlois - Le couronnement de Louis.djvu/341

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Et encor est niens del demorer. »
Quant Loey oï le mès parler,
2110Que il pert Romme et le grand ireté,
Molt tenrement commencha a plorer.
Voit le Guill., si a pris a parler :
« Sire, » dist il, « molt estes effreés,
Més, par l’apostle que on doit aourer,
En vo service m’estuet ains devier
Que ne vous renge toutes vos iretés.
Faites vos chartres et vos briés seeler,
Et vos serjans et vos corlieus aler ;
Les chevaliers faites par tot mander,
2120Toz cheus qui puent lor garnimens porter,
Et les serjans, que bien font a loer,
Qui ceval puent et garnimens porter.
Si grans tresors li soit abandonés
Ne sera povres en trestot son aé.
Més la pietaille n’i caut il amener :
Longe est la voie, trop seroient lassé.
Encor avons le tresor amassé
Que jou conquis Romme la chité ;
Et en portant (sic) en pris a grant plenté.
2130Tant ai argent et fin or esmeré
Que bien en puis .xxx. sommier torser :
Onques frans hom ne m’en tiegne a aver,
Car contre vous n’ert il ja enseré,
Ains en donrai as povres bacelers. »
Dist Loeys : « Diex vos en sache gré ! »
Ne sai que doie en l’estoire conter :
Onques Guill. ne Loeys li bers
Ne laissa terre de la lor poesté
De coi il n’aient les barons asamblé ;
2140Et il i vien[en]t volentiers et de gré,
Quant il oïrent des rices dons parler.
Quant sont ensamble ses a on aesmés
A .cm. homes, si com l’oï conter.
Passent les terres a molt grant salveté ;
Que il n’i ont ne tolu ne emblé
Nule viande que frans hom doit user.
Par cel païs orent si grant plenté,
Li païsant ont assés conquesté.