Page:Langlois - Le couronnement de Louis.djvu/345

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Par chou porroie bien Romme justichier ;
Et se jou sui retenus ne loiés, [*]
Toute la terre li demorra en fief. »

Guis d’Alemaigne fu molt cortois et sages,(lviii)
Et coragous et hardis par ses armes.
Isnelement apela .i. message :
2270« Va me la fors, el maistre treif de paile,
Si me diras Loey le fil Karle :
Por coi moront tant chevalier a armes,
Ne por coi ert tante contree arse ?
S’el cors de lui a tant de vasselage [*]
Que cors a cors se voelle a moi conbatre,
Dont avra Romme cuite et tot l’iretage,
S’il me conquiert (et) en icele bataille ;
Et se jou lui puis conquerre par armes,
Ou campion qui por li se conbate,
2280Dont s’en revois ariere ens es ses marces :
Soie soit Franche qui bien est grande et large,
Et jou arai Romme, Puille et Calabre ;
Jusc’a Mongieu avra tot l’iretage. »
Li mès s’en torne, qui de riens ne se targe.
Il est montés sor .i. mulet d’Arage.
Ist de la porte, qui fu et grans et large,
Et vint as tentes por furnir son mesage.
Ne salua le roi ne le barnage.
Chevaliers ert preus et cortois et sage,
2290Ja parlera com hom de bon corage :
« Drois empereres, entendés mon langage :
Dans Guis vous mande, o le fier vaselage,
Par vos .ii. cors .i. fiere bataille.
Se tant avés en vo cuer vasselage
Que le puissiés conquerre par ses armes,
U campion qui por vous se conbate...
Tot sans calenge velt avoir l’iretage. »
O le li rois, a poi de duel n’esrage,
Tous cheux de France .i. et .i. en regarde,

    — 2265 Ms. : vevois n. l. (Vencus ne peut convenir ; il faut un mot de 3 syllabes. Voyez vers 2259). — 2274. Ms. : Se cors.