Page:Langlois - Le couronnement de Louis.djvu/346

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

2300Les dus, les contes qui sont es trés de paile ;
Il en apele maintenant le barnage :
« Franc chevalier, por Dieu l’esperitable,
Jou sui trop jovenes por furnir tel batalle.
A il celui qui por mon cors le face ?
Jou li donrai Rains et Paris et Cartres. »
Tot s’en embronchent, n’i a cel quil regarde.
Voit le li rois, or ne seit il qu’il face ;
Tenrement pleure dosous ses piaus de martre.
Or ne seit il que respondre as messages.
2310Et cil respont, qui le semont et haste :
« E ! couars rois, li cors Dieu mal te face !
Comment quidés tenir teil yretage,
Qui vers .i. homme ne t’oseras conbatre ? »
A tant es vo Guill. Fierebrace,
Bertrans o lui, qui fu cortois et sages,
Et Guielins a l’aduré corage.
De fuerre vienent et gastee ont le marce.
En sa conpaigne ot .c. Francois as armes,
Et les serjans qui lor proie lor cacent.
2320Molt en amainent et pors et bues et vaces.
A pié descent Guill. Fierebrace ;
Il est entrés dedens le tref de paile,
Environ lui asamble le barnage.
Voit Loeys qui tient le chiere basse,
Les larmes courent tot a val le visage ;
Voit le Guill., si li dit par contraire :
« Sire empereres, molt estes amiables :
Vous samblés feme qui ploure par usage. »
Et dist li rois : « Jou ne sai que jou face,
2330Que au besoing me faut tous mes barnages.
Guis d’Alemaigne m’a mandé par message,
Que cors a cors me requiert de bataille ;
Et jou sui jovenes, chou savés vous sans faille,
Si ne truis hom qui por moi se combate.
— Drois empereres, » dist Guill. li sages,
« Por vous en ai fait plus de .xxxiiii. :
Cuidiés vous dont que por cestui vous faille ? »
O le li rois, par mi les flans l’enbrace,
Voille ou ne voelle, le baisa el viaire :