Page:Langlois - Le couronnement de Louis.djvu/77

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

laume étaient des poèmes purement locaux ; ils sont nés dans une région où la poésie épique a vécu à cette époque d’une vie particulièrement intense ; le petit pays du Vimeu, qui faisait partie des possessions de Guillaume, a produit, entretenu et finalement introduit dans la grande tradition nationale une épopée toute locale, celle de Gormond et Isembart. Nous avons, d’ailleurs, la preuve que le nom de Guillaume de Montreuil-sur-Mer était resté célèbre dans le nord de la France longtemps après sa mort. Lambert d’Ardres, au commencement du xiiie siècle, fait remonter à Guillaume les comtes de Pontieu, de Boulogne et de Saint-Pol, et combat les Boulonais, qui prétendaient que les comtes de Guines en descendaient également, Lambert, pour soutenir la tradition de famille qui donnait pour ancêtres aux comtes de Guines le Normand Sifrid, expose ce qu’il regarde comme la vérité sur le compte de Guillaume. Il a beau dire qu’il tire ses renseignements de veterum annalibus, non de opinione vulgari, il avoue lui-même qu’il écrit auditis etiam et intellectis plurimorum narrationibus antiquorum et fabulis..... sicut a grandaevis patribus grandoque audivimus. Le point de vue purement polémique et généalogique de Lambert l’empêche de nous donner des détails plus précis sur Guillaume ; le peu qu’il en dit suffit à nous montrer en lui un héros de la poésie populaire. Fuit quidam de nobilissimo Francorum oriundus genere in Pontivo praepotens comes nomine Willelmus, qui cum virtute corporis non minus quam nobilitatis genere famosissimus existeret et longe lateque ad-