Page:Langlois - Le couronnement de Louis.djvu/76

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

M. Hirsch a prétendu depuis que ce fait d’armes revient à Robert Crespin [1]. Les arguments donnés par ces deux savants [2] en faveur de l’une et l’autre thèses ne sont pas décisifs. La question, du reste, n’intéresse plus le Coronement Looïs, depuis que M. Léon Gautier a fait observer que le Guillaume de M. Dozy était G. de Montreuil-sur-Mer [3]. M. Dozy lui-même, dans la troisième édition de son livre, a renoncé à sa théorie sur l’origine de notre épopée.

M. Gaston Paris a repris ce vers, et dans une étude spéciale en a montré « la haute valeur historique et la signification primitive ». Dans le héros de notre poème, il a reconnu Guillaume de Montreuil-sur-Mer, successeur et probablement fils de Rotgar. Guillaume apparaît dans l’histoire vers 960, mais on sait très peu de choses sur son compte : « Ce qui paraît certain, c’est qu’il fut l’allié du roi Lothaire, qu’il fit avec lui la guerre à l’empereur Otton, et qu’aidé par le roi, il agrandit considérablement ses états aux dépens de ses voisins. L’histoire du règne de Lothaire est la période la plus obscure de l’obscur xe siècle ; il ne faut donc pas s’étonner d’y voir Guillaume à peine mentionné. Il ne faut pas surtout dire qu’un personnage aussi peu connu n’a pu vivre dans la poésie populaire. Les poèmes qui ont célébré Guil-

  1. Amatus de Monte Cassino, Forschungen zur deutschen Geschichte. Goettinge, 1868. pp. 232-234.
  2. Voyez la 3e édit. des Recherches sur l’Hist. et la Lit. de l’Espagne, II, 353.
  3. Épop. franç., 2e édit. IV, 95 et ss.