Page:Langlois - Le couronnement de Louis.djvu/93

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Ernaut le Roux a Gyronde errant.
Icis tint puis Orliens en son commant [1].

La confusion qui existe entre les deux noms d’Arneïs et d’Hernaut a pu être facilitée par cette légende.

La chronique du manuscrit B. N. fr. 5003, que je viens de citer, touche en plusieurs endroits à notre chanson. Une première fois elle ne fait qu’une mention de la légende du couronnement de Louis. Voici le passage ; on verra la parenté qui unit ce texte à celui d’Albéric :

L’empereur Charlemaine, quant il aloit hors et menoit son ost et sa chevalerie, laissoit le gouvernement de sa terre a Charlot son filz, mais onque Charlot ne fut amé des François. Charlot avoit ung mestre qui ot nom Aymer, comte du Mans, qui(l) le gouvernoit. Cel Aymer luy fist fere moult de maulvaises entreprinses. Il desherita un duc d’Orliens apelé Arneïs, et estoit seigneur de Melun, et avoit espousee une des filles de l’empereur, seur de Charlot, apelee Belicent. Et avoit adonc a Melun ung chastelain apelé Ancellin, qui avoit .xiiii. filz, qui tint Melun .x. ans contre Charlot. Arneïs ot ung filz de Belicent sa femme, qui depuis occist Aymer devant Charlot, pour la trahison qu’il avoit mise sus a son pere. Ce filz avoit nom Sansonnet, et dist l’istoire qui parle de luy en rommant que cestui Sansonnet tint depuis le royaume de Hongrie de par Lohier, ung des filz Karlemaine, qui se fist empereur. Et si raconte l’histoire ou roumant de la vie de Guillaume d’Orenge que cestui Arneïs, après la mort de l’empereur Charlemaine, se volt faire roy de France et debouter Loys, le filz de l’empereur, dont Arneïs fut occis de l’entreprise Guillaume d’Orenge, et donna l’empereur Loys Arnault, le fils Aimery

  1. Ms. B. N. fr. 24369, f° 75 r°.