Page:Langlois - Le couronnement de Louis.djvu/98

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

remist Guillaume en son royaume, dont il fut débouté par les trahitres de France, lesquelz lui imposoient que lui ne son(t) frere Lohier n’avoient aucun droit a posseder la seigneurie de l’empire et maintenoient qu’ilz n’estoient mie legitimes enfans de Charlemaine, mais bastart, pour tant que la dame avoit geu de Louys durant le temps qu’elle avoit esté bannye, comme oy avez ça avant, et convint que Guillaume au court nez, qui pour cellui temps estoit alé servir le saint pere en Rommenie, et combattre ung payen que nul prince de chrestienté n’osa combatre, retournast hastivement en France, pour le debat des princes du royaume et de l’empire, qui envieusement, a tort et sans cause, avoient dechacié Louys et mis hors de Paris après la mort de son pere, et vouloient couronner Harnays, le filz Richart de Normandie.

Guillaume au court nez, qui la nouvelle en ouy, lui estant a Romme, par les messages que l’enfant Louys avoit envoiez pour avoir aide du saint pere, fut trop dolant quant il sceust la mort de l’empereur Charlemaine et moult blasma l’outrage qu’on faisoit a l’enfant, que en Paris ne s’osoit veoir, mais s’estoit en Meleun sur Saine retrait, a tout ceulx de qui il se pouoit aidier, et la atendoit nouvelles et response du pere saint, lequel ne lui pouoit aidier, sy non mettre la chose en sa main et proceder en excommeniement sur ceulx qui ce tort lui faisoient et qui le droit de l’enfant vouloient empeschier. Sy se tira le conte Guillaume vers le pere saint lors et lui dist :

« Vous savez, sire apostolle, que je sui en icestui païs venu, a vostre mandement, pour combatre Corbaut, le Sarrasin felon, lequel j’ay occis puis n’a gaires, et pour ce ay vostre païs delivré de ceulx qui en son ayde estoient passez mer en sa compagnie ; sy ne reste plus si non moy donner congié, car j’ay autre part a besongnier.

— Quelle besongne vous est necessaire, beaux fieulz ? » ce respont le pere saint, « je say que vous estes par deça venu a mon mandement, et avez la chose executee que je