Page:Lao-Tseu - Le livre de la voie et de la vertu - traduction Stanislas Julien, 1842.djvu/91

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHAPITRE X.


Julien tao te king chapitre 10.jpg


載營魄抱一,能無離乎?專氣致柔,能嬰兒乎?滌除玄覽,能無疵乎?愛民治國,能無知乎?天門開闔,能為雌乎?明白四達,能無知乎?生之、畜之,生而不有,為而不恃,長而不宰,是謂玄德。


L’âme spirituelle (1) doit commander à l’âme sensitive.

Si l’homme conserve l’unité (2), elles pourront rester indissolubles.

S’il dompte sa force vitale (3) et la rend extrêmement souple, il pourra être comme un nouveau-né (4).

S’il se délivre des lumières de l’intelligence (5) il pourra être exempt de toute infirmité (morale).

S’il chérit le peuple et procure la paix au royaume, il pourra pratiquer le non-agir.

S’il laisse les portes du ciel s’ouvrir et se fermer (6), il pourra être comme la femelle (c’est-à-dire rester en repos).