Page:Lao-tseu traduit par Jules Besse.djvu/91

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


les jours un peu plus. Comparée aux autres doctrines, la Doctrine doit donner l’impression d’avoir à elle seule plus de trous et de lacunes que toutes les autres doctrines ensemble. La vraie et grande vertu doit donner l’impression du vide. L’homme d’une candeur immaculée doit plutôt faire l’effet d’un homme qui aurait des taches dans sa vie. La vraie et grande vertu, quand elle se répand dans le monde, doit sembler insuffisante.

Devant la vraie et grande vertu bien établie on doit avoir l’impression de quelque chose de frivole. De l’homme qui va droit au but on doit plutôt penser Quelle girouette ! Devant la Doctrine on doit avoir la sensation d’un grand carré qui n’aurait pas d’angles, d’un grand vase qui ne serait pas près d’être achevé, d’une grande parole qui resterait en route et d’une grande forme qui resterait confuse. Devant la Doctrine on doit avoir la sensation qu’elle est une énigme et qu’on serait bien en peine de lui donner