Page:Larchey - Les Excentricités du langage, 1865.djvu/275

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

249
DU LANGUAGE


buveur. — « L’autre jour, rue Saint-Martin, Voilà qu’un plaisant gamin le dit, riant aux éclats : C’cadet-là quel pif qu’il a ! » — Guinad, Ch., 1839.

Pige : Année (Vidocq). — Mot à mot : mesure de temps. V. Piger.

Pigeonner : Duper. Le mot est vieux ; la chose est toujours nouvelle. — « Un de ceux qui se laissent si facilement pigeonner. » — Dialogues de Tahureau, 1585.

piger : Mesurer. — La pige est chez les ouvriers un morceau de bois donnant la longueur indiquée par le plan. — Au moyen âge on appelait pigours les fabricants de certaines mesures de capacité ?

Piger : Considérer, mesurer de œil. — « Pige-moi ça, regarde-moi un peu ce chique ! » — La Bédollière.
Piger : Saisir. V. Dhautel, 1808.

Piget : Château (Vidocq).

Pignard : Postérieur (id). — Ancien. V. Roquefort, Pigné.

pignouf : Chez les cordonniers, le maître s’appelle pontif ; l’ouvrier gniaf, et l’apprenti pignouf.

Pignouf : Homme grossier, mal élevé. — « Cet animal d’Amédée n’a pas le sou. — Prends-en un autre. — Où ça ! tous des pignoufs ici. » — 1860, À bas le quartier latin.

Piler du poivre : Marcher avec la plante des pieds écorchées, en souffrant à chaque pas comme si du poivre pilé brûlait la chair.

Faire piler du poivre : Terrasser quelqu’un plusieurs fois en le laissant retomber aussi lourdement qu’un pilon. — Poivre indique la cuisson qu’en ressent la partie contuse.