Page:Larive - Dictionnaire français illustré - 1889 - Tome 2.djvu/202

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


rable. Les kangourous constituent la famille des l’oéphages ou Marsupiaux herbioores, et leurs dents, destinées à broyer une nourriture végétale, diffèrent assez notablement de celles des autres marsupiaux insectivores, carnivores ou frugivores. Pour chacune des deux moitiés des mâchoires, la formule dentaire est la suivante

en tout 30 dents au plus. Tandis que les six incisives supérieures ont une direction verticale, les deux incisives inférieures sont horizontales. Toutes les molaires ont leur couronne surmontée de deux éminences transversales. La dentition des kangourous dcnote un appauvrissement de la dentition générale et primitive des marsupiaux ; car dans les genres insectivores que l’on regarde comme la souche de cette classe de mammifércs, chez les sarigues, par exemple, la formule dentaire est

d’où 50 dents en tout.

Les kangourous sont conformés pour vivre dans les savanes et daus les prairies sèches de l’Australie. Les grandes espèces vont à la pâture pendant le jour et dorment la nuit dans les taillis et dans les buissons. Les petites espèces, pendant que le soleil est au-dessous de l’horizon, se retirent dans des trous qu’elles creusent dans le sol et qu’elles tapissent d’herbes et de feuilles sèches. Les unes et les autres se nourrissent de feuilles qu’elles ont arrachées aux plantes et qu’elles dévorent en se dressant sur leur séant et en s’aidant de leurs petites mains. Tous les kangourous ont le corps couvert de poils doux et serrés, entremêles de quelques soies plus raides. Leur chair et leur fourrure sont assez médiocres ; mais, en l’absence d’autres ressources, ces animaux sont en Australie l’objet d’une chasse continuelle. Avant l’arrivée des Européens, ils parcouraient ce continent en grandes troupes ; mais de nos jours leur nombre est déjà considérablement diminué. On ne peut plus les atteindre que dans les endroits, solitaires, et, mal armés dans la lutte pour l’existence, ils finiront bientôt par disparaitre.

Les kangourous n’habitent plus que l’Australie, la Tasmanie, la Nouvelle-Guinée, les Célèbes, les Philippines. Leur habitat va se rétrécissant tous les jours. On les partage en plusieurs genres dont les plus remarquables sont 10 Les kangourous proprement dils, dont on compte une trentaine d’espèces. La plus remarquable est le kangourou géant (macro/ms giganteus), qui vit dans la Nouvelle-Galles du Sud. Cet animal offre le type le plus parfait de la famille. C’est chez lui que l’on constate la plus grande disproportion entre la longueur des pattes antérieures et celle des pattes postérieures. Il est dépourvu de canines. Dans cette espèce, les mâles ont environ 2 mètres de haut quand ils se tiennent assis sur leurs jambes et sur leur queue. Ils dépassent donc alors la taille d’un homme qui se tiendrait debout. Le mâle est d’un tiers plus grand que la femelle, et il peut peser jusqu’à 450 kilogrammes. Son pelage est d un gris brun foncé sur’ le dos et d’un gris plus clair sur le ventre. Le kangourou géant est l’espèce la mieux connue jusqu’à présent. Malgré sa force, c’est un animal craintif ; son intelligence est des plus faibles ; en captivité, il n’arrive pas à reconnaitre ses gardiens et n’a point le souvenir de ceux qui lui ont fait du mal. A l’état de liberté, la femelle met bas un ou deux embryons qui ne sont pas plus gros que le pouce. Dès qu’ils sont nés, elle les saisit avec la bouche et les introduit dans sa poche abdominale. Chaque petit y reste environ huit mois attaché il l’une des tétines. Pendant ce temps, il achève de se former et lorsqu’il .est devenu assez fort, il commence à sortir de sa cachette mais il retournes’yblottirlorsqu’il se croit menacé. Toutes les autres espèces de kangourous sont de aille notablement inférieure a celle du précédent. 2o Les pétrogales, qui habitent au milieu des rochers. L’espèce la plus remarquable est le pétrogale à pieds jaxznes de la Nouvelle-Galles du Sud. Son corps mesure 60 centimètres de longueur et sa queue, terminée par un pinceau, a la même dimension. Ce kangourou ne sort que la nuit. 30 Les kangourous rals ou potorous (genre hypsiprymnus), qui vivent en société dans les savanes sèches où ils dorment tout le jour dans un trou. Ils se

nourrissent de

racines et de tubercules. Leurs membres antérieurs sont beaucoup plus courts que les postérieurs, et ils ont les molaires plissées. Il est parmi eux des espèces qui ne sont pas plus grosses qu’un rat ou même qu’une souris. L’animal le plus grand du genre est le potorou à pinceau dont la taille est celle d’un lièvre ou d’un lapin. 4o Les kangourous arboricoles ou denclrolagues, qui ; dans certaines parties de la Nouvelle-Guinée, passent leur vie sur les arbres et s’alimentent de feuilles et de bourgeons. Ils ont les membres antérieurs presque aussi longs que les postérieurs. L’espèce la plus remarquable est le dendrolague ursin, dont le corps et la queue atteignent chacun environ 60 centimètres.

Les kangourous, de même que toutes les autres familles de marsupiaux, sont aujourd’hui étrangers à l’Europe. L’Amérique n’en possède même plus un seul, quoiqu’elle ait encore deux familles de marsupiaux les sarigues ou opossums et les chironectes. Toutes les autres famillcs sont confinées dans l’Australie-et dans les iles environnantes. (V. Marsupial et Marsupiau-r,.) Il n’en a pas toujours été ainsi à l’époque quaternaire, un assez grand nombre de marsupiaux ditférents vivaient en Europe, et il y avait parmi eux des insectivores, des poéphages et peut-être même des carnassiers. Il en fut de mème pendant la période jurassique mais tous ces marsupiaux européens étaient de petite taille. L’Australie, à l’époque quaternaire, semble_n’avoir pas eu de kangourous ; mais elle nourrissait alors dos marsupiaux insectivores gigantesques dont on croit que les kangourous actuels pourraient être les descendants dégénérés. Ces marsupiaux quaternaires australiens étaient tous insectivores. Parmi eux, les deux espèces de plus grande taille étaient le diprolodoit et le n’ototherium qui devaient avoir à peu près la grosseur de l’hippopotame et du rhinocéros.

Les naturalistespartisansde la doctrine de l’évolution considèrent les kangourouscomme étant issus par spécialisation des marsupiaux insectivores.Ils estiment que les espèces primitives de cette famille devaient avoir les pieds des membres postérieurs pourvus de cinq doigts avec un pouce opposable. Aussi leur ont-ils donné le nom demaraKpiaux pédimanes. Mais quelle aurait été la souche de ces pédimanes ? Les uns prétendent qu’ils seraient provenus des monotrèmes (V. ce mot) ; les autres, au contraire, admettent que les monotrèmes ne seraient que des marsupiaux dégénérés. Dans la première hypothèse,on rapporte leur origine soit aux reptiles, soit aux amphibies ; dans la seconde, ce seraient les marsupiaux qui descendraient directement de ces mêmes vertébrés. Quoi qu’il en soit, il est indubitable que les kangourous, ainsi que les autres familles de marsupiaux encore existants, sont les espèces survivantes des premiers mammifères qui aient vécu sur notre globe mais ce reste va tous les jours en s’amoindrissant, et les mammifères supérieurs, mieux doués et mieux armés pour la lutte, en amèneront l’extinction totale dans un temps assez rapproché.

KANÔ, 40000 hab., ville du Soudan central, métropole commerciale de cette partie de l’Afrique.

KANSAS, plus de 1000 kilom., rivière des Etats-Unis d’Amérique, affluent de droite du Missouri. Le Kansas descend des montagnes Rocheuses, donne son nom il un État de l’Union américaine qu’il traverse de l’O. à l’E., et recoit le Salomon, la Saline-River et la Républicaine.

KANSAS, 212578 kilom. carrés, 996096 hab., État de la région centrale de l’Union américaine, borné au N. par le Nebraska, à l’E. par le Missouri, au S. par le Territoire Indien, à l’O. par le Colorado ; il est le par la date de son admission. Capit. Topeka, sur le Kansas. C’est une plaine uniformément ondulée, appartenant à la région des steppes ou de la Prairie, naguère encore inexplorée et dont les bois ne couvrent qu’une très petite portion ; seule, la partie orientale de cette vaste plaine est peuplée et cultivée. Ici, le grand désert américain a été transformé comme par enchantement en un pays fertile et plantureux, où l’on récolte des céréales (froment et maïs) en abondance et où l’on élève un grand nombre de bestiaux, bêtes à cornes et porcs. On n’y voit ni montagnes, ni marais, ni lacs ; les nombreux cours d’eau qui parcourent ce pays appartiennent tous au bassin du Mississipi ce sont le Kansas, qui partage l’Etat en deux parties à peu près égales et y reçoit la Républicaine ; l’Arkansas, qui nait dans les montagnes du Colorado, traverse le Kansas de l’O. au S.-S.-E., et arrose le Territoire Indien ainsi que l’Arkansas avant de porter ses eaux au Missis-Au point de vue géologique, le territoire de cet État se partage en trois zones zone orientale ou des roches carbonifères, qui fournit, outre du plomb et du zinc, de la houille bitumineuse ; zone médiane ou des roches secondaires où l’on exploite des calcaires blancs et bleus ainsi que du grès blanc ; zone occidentale ou des roches tertiaires, dont la richesse minérale est encore inconnue.

Bien que les animaux sauvages, autrefois maîtres incontestés de ce désert, reculent devant la civilisation envahissante, on rencontre encore sur les bords du haut Arkansas d’innombrables troupeaux de bisons et d’antilopes, et des troupes de coyotes.ou loups des prairies ; le chien des prairies ou chien-souris de la Louisiane vit dans le voisinage de chouettes, de crotales et de grenouilles cornes ; quelquefois, des nuées de sauterelles s’abattent sur la contrée’ et y portent la dévastation. Le Kansas possède trois grandes lignes de chemin de fer. 11 faisait originairement partie de la Louisiane, avec laquelle il fut cédé par le premier consul Bonaparte aux États-Unis en 1803. KAN-SOU, 674923 kilom. carrés, 541188 hab., province de la Chine qui s’étend à travers la Mongolie jusqu’à la frontière du Turkestan russe ; ch. -l . Lan-Tchéou. Elle est formée de deux parties distinctes le Kansou chinois et le Kan-sou mongol. KANT (Emmanuel) (1724-1804), né à Kœnigsberg, professeur de philosophie dans cette ville, fondateur de la philosophie allemande contemporaine ou idéalisme subjectif, auteur de la Critique de la raison pure, de la Logique lranscendanlale, etc. Dér.

Kantisme, kantiste.

KANTAU (x), sm.

En Egypte, poids qui

vaut 45 kilogrammes environ.

KANTISME (Kant, nom propre), sm. Système philosophiquede Kant. Le kantisme est contenu tout entier dans la Critique’ de la raison pure, la Critique de la raison pratique et la Critique du jugement, qui sont les trois principaux ouvrages du philosophe allemand.

KANTISTE[liant, nom propre), sm. Partisan du système philosophique de Kant Ges kantistes n’ont jamais élé nombreux en France.

KAOLIN (chinois kao, haut + ling, colline allusion aux endroits de la Chine où il existe des gisements de cette matièresm., ou terre A PORCELAINE. Argile blanche très pure, avec laquelle on fabrique la porcelaine. Le kaolin est un silicate d’alumine hydraté plus ou moins mélangé de quartz, de mica, de silicate de potasse, de fragments de feldspath, etc. Il a un éclat nacré ou terreux et est maigre au toucher, c’est-à-dire rugueux sous les doigts ; il happe légèrement à la langue, est infusible au chalumeau, mais se’ laisse attaquer par l’acide sulfurique bouillant. Le kaolin provient de la décomposition de différents silicates d’alumine dont les principaux sont le feldspath, les granits,