Page:Larive Fleury Grammaire 1910 tome 3.djvu/222

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


208 DE LA PRÉPOSITION.

II. — Prêt à, prè» de. — Voici, voilà.

593. Prêi, adjectif, prend un t; suivi de à, il signifie disposé à, qui est dans l'intention de.

Ex. : La mort ne surprend pas le sage, il est tou- jours pi^êt à mourir.

594, Près de, locution prépositive, prend un s, et signifie être sur le point de, être an moment de.

Ex. : Le malade était près de mourir quand on l'a

opéré. 39o. Voici se rapporte aux choses dont on va parler; voilà, aux choses dont on vient de parier. Ex. : Voh-i trois médecins qui ne se trompent pas : Gaieté, doux exercice et modeste repas. Le travail et l'économie, voilà les deux routes qui conduisent à l'aisance.

275. Prêt à, près de; — Voici, voilà.

Remplacez les points par pi-êt à ou par près de, — par voici ou par voilà.

1° 1. Il n'est pas de fils qui ne soit. . .sacrifier ses jours pour sau- ver ceux de son père. — 2. Comme nous étions . . . faire naufrage, le vent changea tout à coup et nous fûmes délivrés du danger. — 3. Quand un arbre est. . . tomber par terre, les bûcherons qui l'a- battent doivent prendre les plus grandes précautions alin de n'être pas écrasés par sa chute. — 4. La poule se montre toujours ... défendre ses poussins quand elle les sent menacés.

2° 1. ... les elfets du plâtre : quand vous en semez sur de la luzerne, elle pousse plus vigoureusement. — 2. Un filtre au charbon, ... ce qui clarifie et désinfecte l'eau la plus trouble et la plus puante.

— 3. ... les cinq ordres d'architecture : le toscan, le dorique, l'io- nique, le corinthien et le composite. — 4. Le pavot, la belladone, lu jusquiame, . . . des plantes qui fournissent à la médecine des médi- caments soporifiques. — .j. . . . les {irincipales essences qui peuplent nos forêts: le chêne, le hêtre, le bouleau, le châtaignier, le pin.

275 bis. Contraires.

Écrivez les contraires de : l. Lt'i^ succrs et l("s victoires relrvenl le moral des soldats. — 2. Il faut nou^ réjouir du bonheur d'autrui.

— 3. La fortune de Yavnre aur/mente tous les jours. — 4. Une mauvaise santé est souvent le résultat de Vintnnjiérance.

b'Ji. Comment l'cril-on /)ce7 ô.' 1 Kflu. Quelle dilTérence y a-l-il ciilio

594. Commaul ùcrii-ou près (Je ? I voie' ■^^ voilà?

�� �