Page:Lassus, Viollet-le-Duc - Projet de restauration de Notre-Dame de Paris.djvu/11

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Un autre mode de restauration, tenté depuis quelques années, présente un résultat encore plus déplorable ; nous voulons parler des mastics, cimens, et enfin toutes matières étrangères à la pierre, avec laquelle on a vainement essayé de les souder à l’aide de moyens toujours destructifs. L’application de ces cimens nécessite d’abord la dégradation de toutes les parties que l’on veut restaurer, plus l’emploi du fer, nouvelle cause de ruine, et tout cela, pour arriver à un résultat qui n’offre aucune chance de durée, et qui ne laisse après lui aucun vestige de ce qui existait d’abord. Admettant même que le moyen soit durable, l’aspect du mastic ne sera jamais celui de la pierre ; difficile à employer, d’une sécheresse qui ne peut rendre, ni la franchise, ni le grain de la pierre, cette matière conservera toujours son apparence de pâte modelée. Ce que nous venons de dire, l’expérience l’a prouvé. Partout où ils ont été employés, ces cimens se détachent de la pierre, se gercent, se décomposent à l’air : que restera-t-il alors qu’ils seront tombés ?

Mais on ne s’est pas borné à restaurer de la sculpture par ce moyen, on a été jusqu’à remplacer de la vieille pierre par de la neuve, sur laquelle on a collé des ornemens en mastic ! Dans ce cas, nous pensons que la raison d’économie était surtout invoquée. Eh bien ! la sculpture dans la pierre tendre n’est pas plus chère que de la sculpture en ciment, et l’ouvrier habile préfère toujours le travail de la pierre. Il n’y a donc que la différence du prix de la matière, mais cette différence n’est pas à l’avantage du ciment, si l’on compte, et les crampons qu’il faut employer, et la difficulté de sceller, et la perte d’une grande partie de ce ciment, qui ne peut être employé que frais.

Ces motifs, Monsieur le Ministre, sont plus que suffisans pour que nous croyions devoir rejeter entièrement l’emploi de la fonte, du mastic et de toutes les matières étrangères à la construction primitive, dans le projet de restauration que nous avons l’honneur de vous soumettre.

Quant à la restauration des bas-reliefs qui ornent extérieurement