Page:Lassus, Viollet-le-Duc - Projet de restauration de Notre-Dame de Paris.djvu/12

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

et intérieurement la cathédrale de Paris, nous croyons qu’il est impossible de l’exécuter dans le style de l’époque, et nous sommes convaincus que l’état de mutilation, peu grave d’ailleurs, dans lequel ils se trouvent, est de beaucoup préférable à une apparence de restauration, qui ne serait que très éloignée de leur caractère primitif ; car, quel est le sculpteur qui pourrait retrouver, au bout de son ciseau, cette naïveté des siècles passés ! Nous pensons donc que le remplacement de toutes les statues qui ornaient les portails, la galerie des rois, et les contreforts, ne peut être exécuté qu’à l’aide de copies de statues existantes dans d’autres monumens analogues, et de la même époque. Les modèles ne manquent pas à Chartres, à Rheims, à Amiens, et dans tant d’autres églises qui couvrent le sol de la France. Ces mêmes cathédrale nous offriront aussi les modèles des vitraux qu’il faudra replacer à Notre-Dame, modèles qu’il serait impossible d’imiter, et qu’il est beaucoup plus sage de copier.

Les principes que nous venons d’émettre, applicables, suivant nous, à toute restauration, ne sauraient être oubliés, lorsqu’il s’agit d’un monument aussi important que la cathédrale de Paris, de ce remarquable édifice placé au centre de la capitale, sous les yeux de l’autorité, visité chaque jour par tout ce qu’il y a de personnes intelligentes et éclairées. Là, il ne faut ni hésiter, ni faire d’expériences, mais marcher d’un pas sûr, ne rien risquer, réussir enfin. Pour arriver à ce résultat, il était nécessaire de déchiffrer les textes, de consulter tous les documens qui existent sur la construction de cet édifice, tant descriptifs que graphiques, d’étudier surtout les caractères archéologiques du monument, enfin de recueillir les traditions souvent si précieuses.

C’est ainsi que nous avons suivi l’édification lente de Notre-Dame, dont nous avons restauré chaque partie d’après l’époque qui lui est propre, et c’est par ces études sérieuses que nous avons pu constater les différentes phases de sa construction depuis le XIIe jusqu’au XIVe siècle. Nous avons reconnu les changemens considérables apportés dans la disposition des fenêtres de la nef et du chœur, l’adjonction