Page:Lassus, Viollet-le-Duc - Projet de restauration de Notre-Dame de Paris.djvu/15

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

une grandeur de conception bien rares dans des monumens élevés avec tant de lenteur.

La partie la plus ancienne de l’église Notre-Dame est bâtie par Maurice de Sully, dans la seconde moitié du XIIe siècle ; avant lui, les constructions n’étaient arrivées qu’au niveau du sol. Cet évêque employa toute sa fortune à la construction du chœur et d’une partie de la nef.

Plusieurs auteurs[1] et la tradition disent que Notre-Dame est bâtie sur pilotis, et cependant, en 1699, des fouilles faites à l’occasion de la construction du tour du chœur en marbre, et du maître-autel, prouvèrent que cette opinion est erronée[2]. Ce qui fut encore confirmé par d’autres fouilles exécutées en 1774[3].

Maurice de Sully, qui mourut en 1196, laissa 5,000 livres pour couvrir le chœur en plomb ; ainsi, à cette époque, le chœur était entièrement terminé. Après lui, les constructions furent heureusement continuées suivant les premières dispositions, pendant assez de temps pour permettre l’achêvement du vaisseau.

  1. Corrozet.
  2. « Est à noter que la fondation où sont les piliers qui portent les arcades et le mur en pourtour du chœur de l’église Notre-Dame, a dix-huit pieds de profondeur au-dessous de leurs bases qui sont enterrées six pouces plus bas que le rez-de-chaussée du pavé de la même église, posées sur la glaise ferme, sans pilotis ni plates formes, construites par le haut au-dessous du rez-de-chaussée avec trois assises de pierre de taille dure dans tout le pourtour d’une égale hauteur, et faisant retraite les unes sur les autres, posées et taillées proprement, et le surplus au-dessus de gros mœllons et mortier de chaux et sable plus dur que la pierre. » (Procès-verbal de la pose du maître-autel.)
  3. À cette époque (en 1774), le sieur Boullaud, architecte du chapitre, fit faire, derrière le chœur, une fouille de vingt-quatre pieds de profondeur et d’une grande longueur, et se trouva à un pied au-dessous des fondations, et découvrit sous chaque pilier trois assises égales de libages en pierre de Conflans, d’une grande hauteur, parfaitement conservées et posées sur terre franche. Entre les piliers, existe une bonne maçonnerie de moellon et de mortier.