Page:Lassus, Viollet-le-Duc - Projet de restauration de Notre-Dame de Paris.djvu/16

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


L’église de Maurice de Sully forme comme le noyau de la cathédrale de Paris, et il est facile encore de la distinguer malgré la richesse de la décoration dont les XIIIe et XIVe siècles sont venus l’envelopper. Ainsi que nous le prouvons plus loin, c’est aux premières années du XIIIe siècle que l’on doit faire remonter la construction de la magnifique façade occidentale, celle des éperons et des galeries de la nef, ainsi que l’arrangement des grandes fenêtres, et c’est encore dans la seconde moitié de ce siècle que furent ajoutées les chapelles de la nef. Enfin les deux façades des transcepts, les chapelles du chœur, et une grande partie des arcs-boutans appartiennent au XIVe siècle.

Un fait assez rare et qui peut être observé à Notre-Dame, c’est que les XVe, XVIe et XVIIe siècles n’ont rien ajouté à cette église déjà complète.

Les grosses colonnes rondes intérieures, les galeries supérieures du chœur et les grandes parties de murs élevés sur ces galeries appartiennent à la construction primitive. Alors ces murs étaient percés de fenêtres beaucoup moins longues que celles qu’on y voit aujourd’hui, quoi qu’elles aient conservé leurs colonnettes et arcs anciens. Deux de ces fenêtres à doubles biseaux se voient encore à l’entrée de la nef. Par leur élévation au-dessus des galeries, elles avaient permis la construction d’un comble d’une seule pente, dont on voit encore la trace le long du mur de la tour ; les filets et les jets d’eau existent encore sur toute la face méridionale, et les deux grands éperons qui viennent maintenir les deux extrémités du transcept étaient destinés, en même temps qu’ils contrebutaient, à former les pignons de ces combles. Les grandes fenêtres que l’on y voit les éclairaient ainsi que les galerie. Cette disposition, plus simple que celle actuelle, laissait intérieurement au-dessus de l’arcature des galeries supérieures, un grand espace vide destiné peut-être à recevoir des peintures.

Le chœur conserve, au-dessous de la corniche actuelle, une large ceinture de damiers qui tiennent à la construction primitive. Quant